top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurLuc Serrano

Le bombardement de Dresde, l'enfer sur terre !

Juan, l'un des personnages du roman" OTSAR, la légende du Consistoire" sera le témoin bien involontaire de ce terrible drame.


La ville de Dresde était très importante pour l’Allemagne, notamment au niveau historique. Elle regorgeait d’œuvres d’art, mais elle était aussi une ville ayant une grande valeur stratégique, car jouant le rôle de nœud de communication. Les Alliés voulaient réduire à néant ce réseau de communication (opération Thunderclap) et ils voulaient aussi saper le moral des Allemands. Depuis janvier 1945, des raids sur l’Allemagne étaient lancés autant pour détruire les usines que pour faire vivre le peuple allemand dans la terreur perpétuelle, en représailles du Blitz londonien. Avec les bombardements américains le jour et anglais la nuit, les Allemands n’avaient aucun moment de répit.

Dresde était totalement sans défense, tous ses canons anti-aériens (qui composaient la Flak allemande) avaient été envoyés sur le front et la chasse peu nombreuse ne pourra être avertie à temps. En plus des 700.000 habitants de la ville, 500.000 réfugiés venus de l’est de l’Allemagne y avaient trouvé refuge. Elle était donc bondée et militairement démunie.

Nous sommes le 13 février 1945, la nuit tombe et les bombardiers de la RAF se mettent en route. Le bombardement se fait en deux temps : premièrement, une vague de 244 Lancaster bombardent la ville à coups de bombes explosives, qui soufflent les bâtiments comme des châteaux de cartes.

Ensuite arrive la seconde vague, 529 bombardiers larguent des bombes incendiaires. La ville est la proie des flammes ; à certains endroits, la température atteint 1000° Celsius, provoquant des tornades qui aspirent les habitants de la ville en leur sein brûlant. Les civils errent dans un paysage de mort et de désolation. La plupart sont morts, gravement blessés et, dans le meilleur des cas, totalement désorientés et hébétés.

Les avions de la RAF avaient largué 1.478 tonnes de bombes explosives et 1.182 tonnes de bombes incendiaires. Le lendemain, 311 B-17 de l’USAAF lâchent 771 tonnes de bombes sur la ville déjà en ruine, pour finir le travail de la RAF.

Le bombardement de Dresde aura été le plus terrible de la guerre en Europe. En une nuit, 35.000 personnes furent tuées (on identifia environ 25.000 victimes), le double blessées (majoritairement brûlées) et on ne comptait plus les sans-abris.

Parmi tous ces morts, il n’y avait aucun militaire. La chasse allemande étant arrivée après le drame, les pilotes ne purent rien faire d’autre que regarder la ville brûler. Ce fut l’un des actes militaires alliés les plus contesté et discuté, après la guerre.


Merci à Mathieu Geillon pour ses informations.




6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page